Entre exploration historique et prospective audacieuse, la programmation de ces 15èmes Nuits du festival n’a pas froid aux yeux.

 

Dans un jeu de miroir, les pionniers d’une musique libre se reflètent dans l’indépendance d’artistes prometteurs.

 

Le recours à des acteurs historiques s’est fait ressentir pour mieux comprendre l’époque artistique que nous vivons. Pharoah Sanders, Einstürzende Neubauten, The Chemical Brothers, Mustafa Ozkent et même Vitalic font sens dans une temporalité qui tout dat(a)zymuth produit des monstres médiatiques et non des pertinences artistiques.

Au regard de cette superposition générationnelle, on retrouve Stormzy, Khidja, Harvey Sutherland ou encore The Pilotwings, des artistes exigeants qui traduisent ce que sera Nuits sonores demain.

 

Cette quinzième édition est donc la charnière ultime entre figures tutélaires fidèles au travail de Nuits sonores qui démontre surtout une tentative de bond en avant avec une nécessité encore plus présente que de se tourner vers l’avenir.