BIO

Parce que l’amour n’a pas d’âge, c’est la quarantaine bien tassée que le pionnier de la techno berlinoise Mark Ernestus s’est épris de la version urbaine du mbalax (rythme musical sénégalais), le ndagga. Un amour qui l’a amené à s’entourer des meilleurs percussionnistes du Sénégal et de Gambie pour créer le Ndagga Rhythm Force, auto-produire un album, Yermande, enregistré entre Dakar et Berlin, et partir sur les routes, dans l’unique but d’offrir au public le plus large la découverte de ce trésor caché d’Afrique de l’Ouest qu’est le groove ndagga qui, mêlé à la techno, prend une dimension singulière et poignante.